Vent de sable

Le sable de l’absence

 

Je fus l’enfant que tu as fuie
façonnée
comme en ronde-bosse
par ton effacement précoce
ce souffle dont je suis pétrie 

ébauche
étrangère à ta main
j’étais 
sans ciseau ni burin
et par défaut
ta créature

plus ressemblante que nature 
au point que je n’ai pas tenté
de te voler plus que ma vie
la tienne
je te l’ai laissée

Dans le sable de ton absence
j’appris 
mon père 
à cultiver
le respect de ta liberté
ce fut ma façon de t’aimer

 

Arielle

arielle