Bjork

 

Je ne me souviens plus à quel moment de ma vie j’ai enregistré deux romans pour la Bibliothèque sonore de Lille. Un Marcel Aymé, et un Simenon, des phrases simples pour faire le moins de fautes possibles. J’aimais bien ça, et après quelques jours, j’évitai facilement les dérapages de voix, les écrasements intempestifs de syllabes sifflantes, les toussotis imprévisibles, bref ! toutes les embûches de ce genre d’exercice. Ma voix s’avéra assez audible, pas trop aiguë, bien timbrée. Tout allait pour le mieux me direz-vous ?

Non. Car se répétait constamment un gag qui m’obligeait à interrompre l’enregistrement, à effacer les deux dernières minutes et à recommencer l’exercice. C’est que, voyez-vous, lorsque je sentais la plus légère erreur de diction, un deux ff un peu sifflant par exemple au lieu de continuer calmement au-delà de cette  imperfection imperceptible, je hurlais « MERDE ! »

Et là bien sûr, il ne me restait plus qu’à tout recommencer…

 

Aglaé